Sainte Mesme

Patrimoine

Manoir de Sainte Mesme (XVè, XVIè et XIXè siècles)
Façades et toitures: Inscription par arrêté du 22 novembre 1985

Visite: ouvert au public
Propriétaire: Propriété d'une personne privée
Date de protection: 22/11/1985 inscrit MH
Adresse: 1 rue Charles Legaigneur

Fontaine de Sainte Mesme (XVIè siècle)
Classement par arrêté du 17 septembre 1952

Propriétaire: Propriété de la commune
Date de protection: 17/09/1952 classée MH
Adresse: 1 rue Charles Legaigneur 

Château de Sainte Mesme (XVè, XVIIè et XIXè siècles)
Façades et toitures du château: Classement par arrêté du 27 Juillet 1987
Intérieurs du château, façades et toiture des communs, douve: Classement par arrêté du 27 Juillet 1987

Visite: Fermé au public
Propriétaire: Propriété d'une personne privée
Date de protection: 27/07/19887 classé MH; 27/07/1987: inscrit MH classée MH

Eglise de Sainte Mesme (XVè siècle)
Inscrite par arrêté du 22 janvier 1986

Visite: Utilisation culturelle
Propriétaire: Propriété de la commune
Date de protection: 22/01/1986  inscrite MH

Pourissoir Médiéval

La fouille de ce pourrissoir médiéval situé sous le choeur de l'église paroissiale de Sainte-Mesme (Yvelines) s'est déroulée au cours de l'hiver 2006, sous l'impulsion de Messieurs Louis Dejean (président de l'AHASM) et Henryk Kahan.
Ont participé à cette opération, sous la direction du Dr Philippe Charlier :

  • Dr Isabelle Huynh (AP-HP)
  • Dr Joël Poupon (AP-HP)
  • Dr Carole Poupon (CH Eaubonne)
  • Alexandra et Yann Poupon
  • Dr Julie Gonin (AP-HP)
  • Yves Ubelmann (architecte DPLG)
  • Mlle Véronique Huynh (archéologue bénévole)
  • et plusieurs habitants de Sainte-Mesme.


Deux fosses parallèles de près de 3 mètres de long pour 1,40 m de profondeur, séparées par un muret de moellons chaulés, étaient remplies de débris osseux et architecturaux sur une épaisseur de 40 à 60 cm. De nombreux fragments de plombs et de verres de vitraux, de clous de cercueils, de céramique, d'ardoise (toîture) et de chaux étaient associés aux restes de deux individus : un immature et un subadulte, déposés au moment de la phase d'abandon du pourrissoir (probablement au 16ème siècle). Le crâne de ce dernier était le siège de nettes traces de découpe avec sciage complet de la calotte et dépôt de produits d'embaumement de nature mixte végétale et minérale ; leur détermination élémentaire est en cours par le Dr Joël Poupon.

Vue perspective du pourrissoir médiéval avec les deux cuves recouvertes de poutrelles en bois, enfoncées dans les murs de soutènement et le muret de séparation, destinées à soutenir les cadavres le temps que se déroule leur décomposition. Le liquide de putréfaction s'écoulait dans les fosses tandis que les ossements se nettoyaient progressivement des chairs.

Vue au sol du pourrissoir médiéval. On distingue, à droite, un escalier d'accès de 7 marches reliant cette crypte à la surface de l'église.

Répartition au sol des différents secteurs anatomiques osseux des deux sujets. Il existe une importante dispersion squelettique survenue lors des différentes "visites" de la crypte, notamment lors de son utilisation comme lieu de dépôt successif de cercueils dès le 18ème siècle.

La Fontaine de Sainte Mesme

Au 5e siècle, sainte Mesme était la fille du roi franc Dordanus. L'un des domestiques de la maison de Dordanus lui fit connaître la religion chrétienne sans que ses proches ne le sachent. Furieux d'apprendre que sa fille reniait les dieux païens, il demanda à son fils Mesmin de trancher la tête de sa soeur pour sauver l'honneur de la famille.
Curieuses moeurs pour des saints !
Mais les Francs ne lésinaient pas sur les sacrifices. Saint Mesmin enterra la tête de sa soeur juste à l'endroit où jaillit une source miraculeuse. Son eau guérit des fièvres.Situation : Dans le village de Sainte-Mesme à proximité de Dourdan, sur la D116. Entrer dans le village et en face la route qui monte à l'église, un petit chemin, à 50m la fontaine.
Gps réel : E01°57'37.7'' N48°31'50.0''.
Batiment bien conservé, bien que l'arme pour couper la tête de sa soeur soit cassé.

Le Château

Le château de Sainte-Mesme forme avec ses communs et ses douves un ensemble très significatif. Les bâtiments les plus anciens remontent au XVe siècle; au début du XVIIe, le logis est prolongé par une aile de sept travées en brique et pierre qui s'achève par un pavillon carré.

Les communs du château furent vraisemblablement construits pendant   l' importante campagne de travaux du début du XVIIe siècle. 
La seule lucarne conservée, entièrement en brique, témoigne du soin apporté à chaque détail: pilastres, moulures, et traitement du pignon sont dérivés de l' architecture en pierre, alors que la polychromie propre à la brique a été utilisée de manière décorative.

L'église

Le chevet plat de l'église de Sainte Mesme ne constitue pas une exception dans le sud des Yvelines. La disposition intérieure (nef et bas côté au nord flanqués au sud d'une chapelle) apparaît clairement. Ces deux parties ne sont pas contemporaines: alors que la nef et le bas côté ont été construits par Aymard de Poysieu à la fin du XVe siècle sensiblement en même temps que le château, la chapelle seigneuriale a été rajoutée par son fils Claude au début du XVI ème siècle. Le réseau néo-flamboyant des baies a fait l'objet d'une restauration au milieu du XXème siècle [Ass. Hist. et Arch. de Sainte Mesme].

L'évêque bénissant

Attribuée au sculpteur Martin Claustre (vers 1475-1524), cette statue en albâtre représente un évêque bénissant. Plutôt que d'y reconnaître l'archevêque de Vienne Antoine de Poisieu, nous pensons qu'il s'agit sans doute de Saint Claude, patron de Claude de Poisieu, seigneur de Sainte-Mesme mort en 1504 et inhumé dans l'église. 
Exceptionnelle par le matériau, cette oeuvre aux volumes simples et denses et dont les plis sont traités avec une certaine virtuosité est caractéristique du début de la Renaissance. Entre les deux grands médaillons, on notera que les figures sur l'orfroi (Saint François, Saint Nicolas, Saint Louis, Sainte Geneviève) sont encore placées sous des dais flamboyants.

La seigneurie de Sainte-Mesme

La seigneurie de Sainte-Mesme qui relevait du roi et dépendait du bailliage de Dourdan fut considérable. Vers 1470, le seigneur en était Aymard de Poysieu, colonel de quatre mille francs-archers de Louis XI. C'est à lui que l'on attribue la construction d'un château dont quelques éléments existent encore. Ce château est transformé vers 1540, et de nouveau soixante ans plus tard lorsque la seigneurie est érigée en comté en faveur de la famille Gallucio de l'Hospital qui y demeure jusqu'en 1772.
Selon une tradition locale, l'église paroissiale aurait été à l'origine la chapelle du château. Les reliques de sainte Mesme semblent avoir été apportées de Rome et déposées dans l'église vers 1539. Un pèlerinage se déroulait deux fois par an entre 1539 et 1791; repris au début du XIXe siècle, il cessa définitivement en 1902. L'école a été construite entre 1877 et 1881 par l'architecte Baurienne. A Denisy. on trouve les vestiges de  l’église Saint-Pierre de la fin du 10ème siècle, désaffectée en 1792..